Partagez|

Walking on the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Walking on the line Jeu 12 Aoû 2010 - 10:24


Walking on the line

Prudence & Harley






La journée avait été longue encore plus de la nuit précédente qui avait été riche en émotions. Pour la première fois depuis sa mort je devenais vulnérable à une personne. Je soupirais face à la misérable personne que j'étais à croire que dans ce monde seul les faibles pouvaient survivre. N'ayant guère l'envie de parler à des élèves idiots qui ne comprenaient rien à mes paroles, ils eurent l'honneur d'avoir un magnifique contrôle surprise made by Harley. Accoudée à mon bureau en faisant mine de me plonger dans des documents je croisais le regard d'une élève qui aurait dut me glacer le sang. Relevant le menton je la fixais l'obligeant à détourner le regard. Savait elle que jouer à me provoquer dans mon état pouvait signer son arrêt de mort. Je n'étais qu'une simple petite stagiaire sympa au départ qui venais d'être reléguée au rang plus bas que terre. Un sourire se dessina sur mes lèvres à sa pensée, à cet homme à qui je devais énormément au fond sauf que j'étais bien trop bête pour le voir. Il avait prit soin de moi comme Ethan l'aurait fait dans mon état … Un soupir s'échappa de ma gorge alors mon visage se crispa ! Je n'étais pas ce genre de fille qui venait a être des pions dépendantes de leur maris, non je n'étais pas comme ça et surtout je n'étais pas prête à me rabaisser à ce point. La sonnerie retentit dans tous l'établissement sauf que malgré l'envie grandissante de me lever de partir en courant, mes fesses ne bougèrent pas du siège alors que les élèves passaient devant moi un par un pour me rendre leur copie le visage blême que j'ignorais bien sur. Il devait être cinq heures lorsque je m'engouffrais dans ma voiture les bras chargés de copies. Quelques mètres plus loin je tombais dans les bouchons à mon plus malheur. Excédé par les klaxons et la mauvaise fois de certains conducteurs, je laissais ma tête tomber contre le volant alors qu'un léger mal de tête commençait à être mien. Soupirant une fois de plus à croire que j'avais passé ma journée à soupirer je pris mon mal en patience dans l'attente de mon arrivée dans mon appartement. Une heure après j'arrivais sans mal à me garer devant mon immeuble en même temps vu sa localisation je n'avais jamais eut de mal à trouver une place. En peu de temps je fus chez moi et mes affaires ne tardèrent pas à voler dans tous les sens alors que je me laissais tomber sur le canapé avec négligence. Je restais un long moment sans bouger dans mon lit comme si toute m'avais quitté. Seul le mouvement régulier de ma poitrine me trahissait. J'avais besoin de repos ! Garder cette position de larve ne me gêna pas le moins du monde au contraire même j'étais à prête à y rester pendant au moins une semaine mais à peine une heure plus tard mon estomac me rappela à l'ordre. En même temps je n'avais pas manger depuis hier soir au vu de mon estomac noué durant toute la journée. J'ouvris le frigo sans grande conviction et seul le vide me répondit ! Aie ! J'avais oublié de faire les courses hier comme idiote. Soupirant j'attrapais mon sac à main tout en me précipitant vers la porte.

La nuit était tombée depuis peu ce qui me permit de me mouver en toute liberté même si ce n'avait pas ce pouvoir. Mes talons claquèrent doucement sur le sol alors que je bifurquais dans une petite ruelle, un raccourci qui allait avoir la chance de me faire gagner cinq minutes. Mon quartier n'était guère apprécié par la bourgeoisie qu'elle nommait de mal famé ! Pour ma part je n'avais jamais eut de problème de ce côté la. Et en même temps je n'avais rien à craindre d'un vulgaire humain. Un sourire se dessina sur mon visage devant la réaction de mon frère si j'avais eus l'audace de dire de telle parole en sa compagnie. Je refoulais un sanglot à croire que la fatigue n'était guère bénéfique sur moi me rendant encore plus faible que d'habitude. Alors que je marchais tranquillement deux mains me saisirent par derrière pour me jeter au sol. Je ne poussais aucun cri alors qu'au fond de moi même j'espérais que ce soit mon Halliwell venu me faire une surprise. Malheureusement mon agresseur n'avait rien de mon prince charmant même s'il était plutôt pas mal pour un ivrogne. Il était surtout jeune ! En plus d'être un de mes élevés ! Je soupirais tout en me relevant sans même lui apporter mon attention. Tout ça à cause d'un fichu devoir, j'avais oublié comment les ados pouvaient être impulsif et susceptibles. Je me tournais face à lui pour plonger dans regard sombre dans le sien. Même si son prénom avait dut mal à revenir en mémoire je me souvenais assez bien de lui, un déchet ! Haussant un sourcil pour le dissuader celui-ci n'en fit rien et avança une main pour me bloquer contre le mur. Main que j'arrêtais même si malgré son jeune âge sa force était bien supérieure à la mienne.

    HARLEY - « Si j'étais toi je m'abstiendrais. »

De rage il se dégagea alors qu'un éclat argenté se fit entrevoir dans sa main gauche. Et là sans même réfléchir une boule de feu apparut dans ma main pour s'écraser contre le jeune homme qui termina en cendre sous mes yeux brillants. Même si au départ je n'avais guère eut l'envie de le tuer, sa mise à mort m'avait amusé au plus au point ! J'en voulais encore. Hagard je regardais autours de moi.
Revenir en haut Aller en bas


Crédit kit : © Titine
Age du membre : 30
Avatar : Shannen Doherty
Messages : 6948
Date d'inscription : 06/04/2010

Race :

Sorcière Bénéfique

Balance Bénéfique :
61 / 10061 / 100

Balance Maléfique :
39 / 10039 / 100


Âge du Personnage : 40
Localisation : Le Manoir Halliwell


Charmed Powers
Capacités standards:
Capacités annexes:
Techniques de sorcellerie:
avatar
Fondatrice Charmed de la Force

Prudence Halliwell

Fondatrice
Charmed de la Force

http://charmed-extinction.nightforum.net/
MessageSujet: Re: Walking on the line Ven 13 Aoû 2010 - 11:09

La soirée semblait bien commencer pour ma part, moi qui suis une sorcière maléfique. Depuis plus d’une heure, je pistais une jeune femme dont j’étais persuadée d’être un être bénéfique. La vaincre était donc mon objectif. C’est fou ce que ma vie avait changé du tout au tout depuis que le Mal s’est insinué en moi jusqu’à me rendre aussi redoutable que les anciennes Sources –voir peut-être même plus. Etant l’aînée des quatre sœurs Halliwell, j’étais donc la plus puissante sorcière que la Terre n’avait jamais vu, il était donc normal que des Puissances redoutables me reviennent de droit. C’est pourquoi, je faisais mon maximum pour vaincre le Bien et montrer aux démons que j’étais plus que qualifier pour les diriger efficacement. De plus, je ne suis jamais tombée sur un être qui pouvait me tenir tête et bien que ma cousine –cette garce de Constantine Carrington- ait eu l’audace de me défier et de contrecarrer pas mal de mes pouvoirs, j’arriverais à la vaincre. Après tout, ne dit-on pas que la persévérance venait à bout de tout ?
Tout comme pour cette jeune femme qui ne semblait même pas me voir. C’était presque trop facile pour la sorcière que j’étais. Après tout, avec tous les pouvoirs et toute la puissance que je possède, j’aurais très bien pu envoyer un novice faire ce sale travail à ma place. Mais, le plaisir d’enlever la vie d’une personne n’avait pas de prix et c’était pour cette raison que je ne laisserais jamais personne détruire une âme et une vie à ma place quand je pouvais le faire moi-même.

Au bout de quelques minutes, la jeune sorcière bénéfique venait à bifurquer dans une petite ruelle plutôt sombre et dans élan qui me poussait à passer tout de suite à l’acte, j’empruntai le même chemin. La ruelle était assez glauque, ce qui me rendait particulièrement joyeuse. Détruire une vie ici tout en laissant un corps sans vie serait perçu comme assez banal par la police. Tous les endroits glauques et malfamés avaient leur lot de mort sans explication ; tout simplement parce que cette personne se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment tout simplement.
Esquissant un sourire machiavélique, je fis un geste violent avec mon bras et la jeune femme décolla du sol sans même prendre le temps de comprendre ce qui se passait. La jeune demoiselle qui avait à peine la vingtaine s’envola pour parcourir toute la ruelle avant d’atterrir contre un container. Faire un vol plané de plus d’une centaine de mètres ne pouvait que provoquer que des gros problèmes physiques et c’est ce qui se passa. Cette damoiselle en détresse restait affalée à terre, bougeant quelque peu ses membres mais n’arrivant pas du tout à se relever. Je l’avais sonné de façon à pouvoir lui ôter la vie sans qu’elle puisse se défendre d’une quelconque manière.

Je commençai alors à marcher dans cette ruelle, faisant claquer les talons de mes chaussures sur le sol humide et crasseux ; des claquements qui résonnaient fortement dans ce lieu digne d’un sas menant aux enfers. Je passai devant une jeune femme au long cheveux bruns dont je ne prêtai pas le moindre regard. Si elle était une menace, je m’en occuperai plus tard ; pour le moment, seule ma proie avait une réelle importance. Il m’a fallu une dizaine de secondes avant d’arriver à, à peine, cinq mètres de la victime de mon pouvoir de télékinésie. Mon sourire grandissait de plus en plus. Cette jeune femme gémissait, pleurait à moitié. Elle demandait sûrement grâce mais son statut de bonne sorcière faisait d’elle une cible idéale.
D’un petit mouvement du poignée, une arbalète apparut dans une brume noirâtre. Je la dirigea vers la tête de la jeune femme et sans un mot pour ses plaintes, je décochai une flèche qui atteignit son crâne, légèrement au-dessus de son œil droit. Un léger cri transperça le silence de la ruelle pour ensuite laisser de nouveau la place à ce silence de mort. M’approchant du nouveau cadavre, je m’agenouillai pour regarder le chef-d’œuvre que je venais d’accomplir. Seul un filet de sang coulait de cette blessure mortelle et un nouveau sourire apparut sur mon visage. Ma main vint se poser sur la flèche plantée dans la tête de la jeune femme décédée et d’un coup sec l’extrayais de la tête la faisant bouger quelque peu avant que sa tête ne retombe lourdement contre la parois du container. Le bout de la pointe était gorgé de sang. D’un nouveau geste du poignée, la flèche et l’arbalète disparut dans une nouvelle brume noirâtre.

Me relevant doucement, je portai une dernière fois mon regard sur cette ex ennemie puis je me retournai pour repartir. Je passai une nouvelle fois à côté de la jeune femme au long cheveux bruns sans pour autant lui porter le moindre regard. La mission que je m’étais fixée venait d’être accomplie et maintenant, je pouvais profiter de la fin de soirée comme tout être maléfique se devait de faire.

_________________
Paradis inanimé... Long sommeil lovée,
Paradis abandonné... Sous la lune m'allonger !
Paradis artificiel... Délétère, moi délaissée,
Et mourir d'être mortelle, mourir d'être aimée !

Couleur dialogue
Couleur dialogue (Ubiquité)

Couleur pensée
Couleur pensée (Ubiquité)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Walking on the line Ven 13 Aoû 2010 - 13:27

Et voilà que je devenais une meurtrière et malgré l'horreur que me soufflait ma conscience aucune émotion ne traversa les traits de mon visage stoïque. C'était lui ou moi ? De toute façon peu m'importe j'avais aimé l'adrénaline couler à flot dans mes veines lorsque son corps c'était embrassé devant moi. Je pouvais encore sentir la brulure de ma peau qui me donnait encore des frissons de plaisir. La folie meurtrière m'agitait en cet instant et j'aimais ça. Un mince sourire se dessina sur mes lèvres alors que je sentais mon être s'apaiser même si à ma plus grande surprise aucun remord ne me vint en tête. Du moins je mettais toute mon énergie pour éloigner le souvenir de mon jumeau loin de mon esprit. Car je savais très bien qu'Ethan n'aurait au grand jamais approuvé un tel acte de ma part. Il était si bon et moi j'étais si mauvaise. Le jour et la nuit voilà ce que nous étions pourtant je l'aimais plus que tout au monde. J'aurais aimé périr avec lui car sans lui je n'étais rien ! Un jumeau ne peut vivre sans son jumeau … A l'époque je riais de cette expression tout en donnant des coups de coudes a mon jumeau alors qu'il prenait sa mine sérieuse avec ses sourcils arqués. Si seulement à l'époque j'avais porté plus d'attention à ses mots je n'aurais pas cherché à continuer à vivre sans lui après son départ. Je penchais la tête en arrière dans l'espoir d'enlever ce sentiment d'étouffement qui prenait place dans mon être. J'avais chaud, je suffoquais ! J'avais besoin de prendre l'air du moins de partir loin d'ici, loin de mon crime. Un silhouette passa devant moi puis une seconde sans que je fasses le moindre geste pour leur porter plus d'attention. Une aura maléfique comme jamais me frappa de plein fouet et je tournais alors la tête vers la dernière silhouette qui venait de passer devant moi. Je plissais les yeux face a l'obscurité qui m'entourait pourtant malgré tout je pouvais voir que l'entité maléfique était une femme à la silhouette fine et avantageuse. Mais il n'y avait pas que ça tout son être respirait le mystère mais aussi un côté sauvage que j'appréciais au plus au point.

Pourtant malgré l'envie de m'approcher d'elle pour voir ce qu'elle manigancer je n'en fis rien préférant rester contre le mur avec mon petit tas de cendre à mes pieds. Cependant malgré mon instinct qui me criait de courir loin d'ici mon corps se arqua pour voir la scène de meurtre que l'entité maléfique allait m'offrir. A côté d'elle j'étais une meurtrière de seconde zone et dans un sens je l'enviais. Je voulais devenir comme elle et avoir sa force. Oui je l'enviais au plus au point même si cette personne m'effrayait au plus au point au fond. Elle représentait ce que je voulait être et que je n'étais pas ! Je respirais fortement alors que d'un pas je venais à salir mes nouvelles bottes dans le tas de cendre de mon ancien élève. Tout le monde sait que des jeunes disparaissent de nos jour et au fond ce n'était pas une grande perte, loin de la même. Je venais sauver le monde d'un nouveau déchet. Et là devant mes yeux une sorcière expia son dernier souffle. Je jubilais face à une tel spectacle ! Et sans même le vouloir mes mains vinrent à se frapper l'une contre l'autre. J'applaudissais comme idiote l'aurait fait même si les traits de mon visage n'étaient pas tiré par un sourire. Seul la lueur de mes yeux trahissait mon apparence si calme et stoïque. Je voulais que l'entité maléfique se tourne dans ma direction même si cela devait signifier mon arrêt de mort. Tant pis je venais à mourir moi aussi en faisant un tel acte. Mais au moins je pourrais dire que ma vie n'était pas sécurisée et monotone comme l'aimait tant les fichus humains qui nous entouraient. J'étais différente et cette particularité me rendrait supérieure à ces bêtes sans conscience qui était prêt à tuer son prochain pour vivre. J'aurais aimé lui dire combien sa force m'avait impressionnée mais il était hors de question que je viennes à me rabaisser à ce point. Après tout je restais la Harley trop fière que tout le monde connaissait.

Je relevais la tête tout en laissant ma longue chevelure brune tombait en cascade dans mon dos. Malgré toute la tension qui était mienne mon corps n'était pas tendu comme je l'aurais pensé. Cependant je ne pus nier qu'un léger frisson parcouru ma colonne vertébrale comme si nous étions en hiver. Et si ma vie se jouait en cet instant … Rien qu'à cette idée un léger sourire se dessina sur mes lèvres ...
Revenir en haut Aller en bas


Crédit kit : © Titine
Age du membre : 30
Avatar : Shannen Doherty
Messages : 6948
Date d'inscription : 06/04/2010

Race :

Sorcière Bénéfique

Balance Bénéfique :
61 / 10061 / 100

Balance Maléfique :
39 / 10039 / 100


Âge du Personnage : 40
Localisation : Le Manoir Halliwell


Charmed Powers
Capacités standards:
Capacités annexes:
Techniques de sorcellerie:
avatar
Fondatrice Charmed de la Force

Prudence Halliwell

Fondatrice
Charmed de la Force

http://charmed-extinction.nightforum.net/
MessageSujet: Re: Walking on the line Dim 22 Aoû 2010 - 15:55

Cette soirée risquait de ne pas être de tout repos. Je savais bien qu’avoir agi un peu à découvert aurait pu faire révéler le monde de la magie à qui que ce soit et d’une certaine manière, je m’en fichais royalement, seule ma passion pour la destruction du Bien m’intéressait dans cette vie. Mais, cette jeune femme qui ne m’inspirait rien du tout avait eu une audace que peu aurait eu en cet instant de meurtre. Il fallait croire que tuer une sorcière d’une flèche en pleine tête n’était pas chose courante dans le coin et en y réfléchissant bien, je devrais peut-être remédier à cette situation en instaurant une forme de pratique régulière pour tous les êtres des ténèbres. Quoiqu’il en soit, les claquements de mains comme un applaudissement après un numéro diffusé à la télévision ou voire même dans un cirque fit arrêter ma démarche si particulièrement prudencienne. Je restais dos à la jeune femme pendant quelques secondes, penchant ma tête en arrière ce qui eu pour effet de laisser redescendre tous mes cheveux pratiquement sur le bas de mes reins. Ne pourrais-je jamais être tranquille dans cette ville ? Si ce n’était pas une action de vengeance, c’était une action d’admiration. Et dans les deux cas, la personne qui avait eu l’audace de perpétuer cet acte rôtissait en Enfer.

Peu de monde méritait mon attention, à vrai dire, mis à part les membres de ma famille, nul ne pouvait me parler sans finir en plat du jour. Que voulez-vous la vie était faite ainsi et uniquement les plus forts voire ceux ayant le potentiel de devenir les plus forts pouvaient obtenir mon attention si particulière. Doucement je commençai à me retourner sans pour autant fixer mon regard sur la jeune demoiselle si mortellement ennuyeuse par ses applaudissements. Il était rare que je me contrôle mais si je ne faisais pas preuve d’un minimum de convenance, le monde des Enfers ressemblerait à un véritable cimetière sans démons ; ce qui serait totalement absurde pour une future souveraine. Une fois totalement retournée, mon regard fixait le dessus de la tête de la petite brunette avec son sourire complètement stupide et dénué de sens. Elle ne méritait pas encore mon attention totale qui se traduisait par mes yeux fixant ceux de la personne. Pour le moment, elle n’était qu’un déchet en sursis qui devrait bien arrêter d’applaudir comme une idiote et commencer à soit faire ses prières, soit dire le très fond de sa pensée.
C’est pourquoi, j’utilisai mon habituel ton machiavéliquement terne et dénué de sentiments pour démarrer une plausible courte conversation. Toutefois, je ne fis pas directement mais bien en commentant la situation qui pouvait friser le ridicule si on la regardait attentivement. Après tout, nul ne parlait et seuls des applaudissements coupaient le silence si douce à mes oreilles.


- Je ne savais pas que j’avais un fan club. Toutefois je ne donne pas d’autographe !

La réplique venait d’être donnée ainsi que le ton par laquelle débutait la conversation. Une chose était sûre, c’était que cette petite peste ne parlait pas très vite, la sentence allait tomber en un rien de temps. Après tout, l’aînée des Halliwell que j’étais possédait assez de pouvoir pour la vaincre en un rien de temps. Entre la télékinésie, l’ubiquité, la télétransposition, l’éclipse et la matérialisation d’arbalète, j’avais suffisamment d’armes défensives et offensives pour envoyer une jeune fillette tout droit sortie d’un salon de toc ambulant aux oubliettes du monde normal et paranormal.
Toutefois, il n’était pas commode de voir une telle détermination dans des applaudissements. Si c’était de la provocation, elle en serait pas déçue. Si cela cachait autre chose, comme une forme d’admiration, je me ferais une joie de la dissuader de recommencer. La tolérance ne faisait plus partie de mon vocabulaire, seules la souffrance et l’extermination faisaient parties intégrante de ma vie.
Et bien que je ne savais pas encore qui était cette jeune fillette. Ô grand jamais, je ne l’aurais laissé plus longtemps que ça utiliser ses mains pour m’offenser sur un petit plaisir qui ne regardait que moi et moi seule.


_________________
Paradis inanimé... Long sommeil lovée,
Paradis abandonné... Sous la lune m'allonger !
Paradis artificiel... Délétère, moi délaissée,
Et mourir d'être mortelle, mourir d'être aimée !

Couleur dialogue
Couleur dialogue (Ubiquité)

Couleur pensée
Couleur pensée (Ubiquité)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Walking on the line Lun 23 Aoû 2010 - 14:41

Qui aurait cru que par une si belle journée banale j'assisterais à un tel spectacle. Non que je n'en étais pas contente au contraire même ! Mais malheureusement ce divertissement aussi passionnant soit il tournait encore et toujours autours de la magie. Magie ! Magie ! Toute mon existence tournait autours de ce simple mot. Ce simple qui signifier la ruine de mon âme mais aussi ma renaissance d'une nouvelle Harley. Après la mort d'Ethan j'implorais chaque soir qui passaient les entités supérieurs pour me donner une vie normale avec mon jumeau. J'étais prête à tout pour cela même à donner mes vulgaires pouvoirs inutiles. Pourtant mon appel resta muet jusqu'à ce que mon corps puisse se relever. J'avais un don … Et malgré toute la satisfaction qui était mienne une partie de moi regretter toujours ce passé où la magie n'était que secondaire. Mais pour avancer il ne faut jamais se retourner vers le passé ! Regarder le futur sans se retourner; une torture en soit pour les personnes aussi faibles que moi. Mais j'essayais tant bien que mal de continuer à vivre en me donnant des objectifs dont le principal résidait dans le meurtre de la femme qui à ruiné ma vie en tuant mon jumeau, la chose la plus précieuse, mon monde ! Je n'avais pas peur de mourir pour arriver à mes fins car dans cet acte de barbarie absolu je trouvais mon salut. Et de toute façon étant vouée aux enfers autant me damner avec application. Mais là n'était pas la question, j'étais encore jeune et donc la vie devant moi pour tout accomplir. Et en cet instant précis je regardais la jeune femme brune s'approchait dangereusement de moi sans que je fasse le moindre geste pour fuir. Le manque de peur était ma plus grande faiblesse … Changeant le poids de mon corps sur mon autre jambe, une légère grimace se dessina sur mon visage. Pourquoi avait il fallut que je viennes à acheter un jean trop petit pour moi malgré les dires de la vendeuse qui ne cessait de jacasser que des jeans comme cela se portaient serrés. Hors je détestais avoir l'impression d'être une saucisse emmitouflée dans sa ficelle. Je relevais le menton pour enfin entrevoir les traits de la jeune femme dont la cruauté me faisait frémir. Elle était belle avec sa longue chevelure brune qui tombait en cascade sur ses reins. J'aurais pu être jalouse d'elle si seulement j'avais eus 20 ans de plus. A cette pensée un large sourire se dessina sur mon visage. Les belles fleurs fanent toujours …

Bizarrement à la différence de la plupart des autres femmes je me moquais totalement d'elles. Du moins pour les femmes sans pouvoirs, naïves et dépourvus de cerveau. Je soignais mon apparence comme tout le monde car j'aimais voir dans le regard des hommes la petite étincelle de désir briller dans leurs regards. Et surtout j'aimais tant détruire leur illusion en ne cédant pas à leurs avances. Se rendre inaccessible voilà une chose qui les rendaient fou tout en s'assurant de les voir ramper à nos pieds. La jolie brune ouvrit la bouche pour me parler comme si je n'étais qu'une idiote. Pas la peine de préciser que sa remarque ne me fis guère plaisir mais ayant trouvé une rivale de taille il était hors de question que je viennes à me laisser faire. Certes j'étais plus jeune qu'elle … mais ce n'était pas pourtant une raison pour que je viennes ramper à ses pieds pour lui dire combien j'admirais sa force. Soupirant je m'exclamais alors qu'une sourire mauvais venait tirer les bords de mes lèvres.

    HARLEY - « Qui à parler de Fan Club ? Apprécier les belles choses ne signifient en rien que je ne suis qu'une vulgaire idiote. Désolé de vous décevoir ! »

J'aurais dut partir comme une grande en tournant les talons pour survivre face à l'aura maléfique de l'inconnue mais elle m'intriguait bien plus que je ne pouvais l'avouer. Elle me faisait penser à une personne qui avait le don de me mettre hors de moi. Je relevais mon regard pour croiser le sien et je fus frapper par la même lueur violente. Étais ce la raison pour laquelle cette femme m'intriguait car elle avait des traits du seul homme qui avait eut la chance de me voir vulnérable. Et surtout qui avait eut le privilège de goûter à mes lèvres que j'avais entrouvertes sans aucune résistance. Je ressentais encore la brulure de cet échange sur chaque millimètre de ma peau ainsi que dans ma gorge comme un manque. Je soupirais doucement face à la pathétique personne que j'étais. L'espace d'un instant j'avais oublié la présence de l'inconnue puissante devant moi. La défiant du regard je pris une position plus décontractée en sachant très bien que ma désinvolture habituelle en mettait plus d'un hors de lui. Je n'avais pas peur de me cacher sous mon masque de gentille jeune fille exemplaire devant cette femme. Mais à savoir si mon vrai masque n'allait pas causer ma perte.
Revenir en haut Aller en bas


Crédit kit : © Titine
Age du membre : 30
Avatar : Shannen Doherty
Messages : 6948
Date d'inscription : 06/04/2010

Race :

Sorcière Bénéfique

Balance Bénéfique :
61 / 10061 / 100

Balance Maléfique :
39 / 10039 / 100


Âge du Personnage : 40
Localisation : Le Manoir Halliwell


Charmed Powers
Capacités standards:
Capacités annexes:
Techniques de sorcellerie:
avatar
Fondatrice Charmed de la Force

Prudence Halliwell

Fondatrice
Charmed de la Force

http://charmed-extinction.nightforum.net/
MessageSujet: Re: Walking on the line Jeu 26 Aoû 2010 - 15:43

Pourquoi fallait-il toujours que je parle au lieu de réduire définitivement au silence ceux qui gênaient à mon épanouissement du moment. Je ne regardait toujours pas le visage de cette enfant, mes yeux fixant encore le dessus de sa tête. Elle ne méritait vraiment pas que je la regarde droit dans les yeux, elle ne méritait même pas ma totale attention. Cette jeune femme toute fraichement sortie de l’adolescence n’avait pourtant pas sa langue dans la poche. Avoir du caractère n’était pas un mal dans le monde des humains, mais il était dangereux et outrecuidant dans celui de la magie. Personnellement, je pouvais l’anéantir en une fraction de seconde pour m’avoir parlé sur un ton aussi désinvolte. Mais tuer n’aidait pas aux bonnes manières, la peur faisait tout le travail avec une meilleure efficacité.
D’un autre côté, je n’avais pas forcément le temps de donner une longue et pénible raclée à une jeune fille qui se croyait tellement futée pour tenir tête à une sœur Halliwell, surtout que je pouvais tuer en peu de temps. De nouveau, les talons de mes chaussures claquèrent sur le sol. Je marchais en direction de la brunette qui se croyait sûrement à la hauteur d’un être des ténèbres. Quelques pas plus tard, je me retrouvai à quelques centimètres de la jeune femme. Mon regard ciblant toujours le dessus de la tête de la petite peste, je savais que si elle continuait ainsi, la confrontation ne serait alors pas très loin. Mes cheveux commencèrent déjà à bouger quelque peu alors qu’il n’y avait pas une once de vent dans la ruelle. Mon pouvoir télékinétique s’activait parfois tout seul ou du moins son énergie se diffusait à chaque envie de meurtre.


- La jouvencelle a du tempérament mais sait-elle à qui elle s’adresse ?

Un sourire machiavélique commençait doucement à inonder mon visage. Doucement, l’envie de détruire une vie se faisait sentir. Je m’imaginais déjà en train de la faire valser dans tous les coins de la rue, la faisant crier de douleur. Puis, une fois que mon envie de la détruire sera à son apothéose, alors je la tuerais en lui faisait craquer le coup tout doucement afin qu’elle sente chaque craquement, chacune des douleurs qui cause la mort finale. A cette pensée, mes cheveux valsaient de plus en plus et mes yeux montraient parfaitement cette petite lueur de l’envie de tuer. J’étais comme ça, je vivais mes émotions à cent à l’heure et l’envie de détruire était ma seule et unique raison de vivre.
La jouvencelle pouvait s’estimer heureuse, elle venait de faire la rencontre d’une entité du Mal qu’on pouvait appelé comme tel. Les démons et les sorciers maléfiques étaient devenus tellement pathétique, à croire qu’il fallait se cacher pour que la magie ne subisse pas les remontrances humaines. Pour ma part, il fallait vivre sa magie à fond et surtout ne pas se cacher. Comment faire avancer le Mal si l’on restait dans le Monde Souterrain, faisant attention aux attaques que l’on dirigent contre l’autre camp. Je n’étais pas comme ça, je ne cachais rien et surtout j’étais moi-même : forte, puissante et surtout je possède des arguments de poids pour que les autres s’abaissent devant ma puissance.

Il fallait croire que dans ce monde, il y avait des personnes assez intelligentes pour savoir qu’il ne fallait pas titiller certaines personnes, et d’autres trop stupides pour comprendre que la vie ne tenait finalement qu’à un fil. J’avais vécu l’expérience lorsque j’étais bénéfique. Je me sentais assez puissante pour m’attaquer à l’assassin de la Source et je me suis retrouvée en un rien de temps dans l’au-delà. Aujourd’hui, j’avais grandi, j’ai mûrit et surtout j’étais devenue assez puissante pour faire ma loi et écraser ceux qui ne se soumettaient pas à mes moindres désirs. Le futur c’était moi et l’avenir du Mal reposait sur mes épaules. J’allais conquérir le trône des Enfers, récupérer le Pouvoir des trois et éradiquer définitivement les Fondateurs afin d’infliger une défaite presque mortelle au camp du Bien. Et cette jouvencelle qui se tenait devant moi n’était rien à mes yeux. Rien qu’une adolescente qui entrait dans un monde qui la dépassait totalement et qui ne savait pas encore que certaines rencontres pouvaient lui être fatale. Son avenir, bien qu’elle ne le sache pas encore, se trouvait entre mes mains et que je pouvais rapidement la lui broyer comme elle le fit tantôt par ses applaudissement.

*Pauvre folle… Tu t’attires des ennuis sans même t’en rendre compte…*

Pourtant, ce n’était pas faute d’afficher ce que j’étais et de montrer par plusieurs signes qu’il ne valait mieux ne pas chauffer mon tempérament meurtrier. Peut-être que cette petite peste voulait jouer avec le Destin… Elle ne devait pas savoir que sa vie ne tenait qu’à un fil et que j’étais le diamant aiguisé qui couperait ce fil à la moindre nouvelle désinvolture de sa part. Je n’étais pas une sorcière clémente et je me fichais de la vie des autres –mis à part ma famille du côté maléfique. Mais, tout ceci, la jouvencelle le saurait bien, tôt ou tard…

_________________
Paradis inanimé... Long sommeil lovée,
Paradis abandonné... Sous la lune m'allonger !
Paradis artificiel... Délétère, moi délaissée,
Et mourir d'être mortelle, mourir d'être aimée !

Couleur dialogue
Couleur dialogue (Ubiquité)

Couleur pensée
Couleur pensée (Ubiquité)
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Walking on the line

Revenir en haut Aller en bas

Walking on the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Feel like I'm walking on a line ♫ 01/01 à 14h
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Education féline
» Virginie vient raconter ce qu'elle a vu au bar (pv Céline)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed Extinction :: ¤RPG¤ THE EXTINCTION WORLD ¤RPG¤ :: En dehors du Présent :: Le Passé-